Documentation des ingrédients

Dernière modification le 24 février 2022
Pour tous les ingrédients, idéalement, il faut une fiche technique (FT) et une fiche de données de sécurité (FDS).
 
Pour les ingrédients suivants, il faut en plus des FT et FDS, des éléments complémentaires :
 
  • Ingrédients aromatiques :Huiles essentielles : FT, FDS, certificat Allergènes, certificat IFRA (50ème amendement). Parfums : FT, FDS, certificat Allergènes, certificat IFRA (certificat de conformité aux normes IFRA 50ème amendement, nous accepterons encore le certificat IFRA 49ème amendement jusqu'en juillet 2022), certificat RCE (certificat de la conformité au Règlement Cosmétique Européen 1223/2009), et certificat CMR (obligatoire si le paragarphe 3 de la FDS ne détaille pas les substances CMR). En l'absence d'un certificat RCE, nous pourrons parfois accepter un FSE (Fragrance Safety Evaluation).
 
  • Ingrédients d'origine minérale (argiles, colorants, micas, charbons) : La documentation devra contenir des garanties du fournisseur en matière de teneurs maximales en métaux lourds (plomb, arsenic, cadmium, mercure).
  • Pour les substances listées à l'annexe IV du règlement européen : Pour lesquels des critères puretés s'appliquent, vous devrez également nous transmettre une preuve de respect des critères de pureté.
 
Dans certains cas, nous pourrons valider des Ingrédients non documentés :
 
  • Ingrédients alimentaires : Pour les produits alimentaires des catégories suivantes : huiles végétales, produits de la ruche, boissons (eau, lait, jus), plantes (fruits et légumes, plantes en poudre), une photo de l'emballage peut nous suffire pour l'évaluation de la sécurité.
Le règlement européen exige cependant 
 
  • Ingrédients auto-produits :Pour les produits que vous fabriquez vous-mêmes : un descriptif de la fabrication avec les quantités employées et les données sur les matières premières utilisées.
Attention, pour les macérations, infusions et préparations à base de plantes, une pré-évaluation peut être nécessaire dans le cas où il s’agit de plantes contenant des huiles essentielles ou de plantes dont l’usage traditionnel en cosmétique est peu documenté.
 
Il y a quelques cas particuliers :
 
  • Eau du réseau local : Vous devez apporter la preuve de qualité de l'eau "du robinet".
Dans la plupart des cas, si vous résidez en France, vous pourrez télécharger le dernier bulletin de qualité correspondant à votre commune sur le site suivant et nous le transmettre. https://solidarites-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/eaux/eau
Cependant, en tant que Personne Responsable de la mise sur le marché de produits cosmétiques, votre responsabilité ne se limite pas à l'envoi d'un document de manière ponctuelle à l'évaluateur de la sécurité. Vous devrez suivre la qualité de l'eau de manière régulière et tenir vos DIP à jour en y ajoutant de nouveaux bulletins de qualité de l'eau. Si jamais vous voyez dans le futur une conclusion comme quoi la qualité de l'eau n'est pas conforme, vous devrez nous en faire part afin que nous évaluions l'impact de ce problème sur vos produits.
 
  • Cire d'abeilles : La cire n'est en général pas commercialisée pour un usage alimentaire. Si vous voulez acheter de la cire à un apiculteur local, il faudra une attestation du producteur pour garantir la qualité de la cire. Il peut garantir qu'elle est de qualité alimentaire, ce qui est la solution la plus simple. Si le mot "alimentaire" le gène, le producteur peut garantir la qualité de sa cire en utilisant ses propres termes, par exemple en décrivant le procédé de production de la cire (par exemple "cire d'alvéoles"), en citant une certification bio, ou en attestant de l'absence de traitements (ou en décrivant les traitements éventuels et en attestant de l'absence de dangerosité des traitements en question).
 
  • Laits animaux : Si vous achetez des laits animaux dans le commerce, nous ne vous demanderons rien de plus que la photo de l'emballage, et nous partirons du principe que vous respectez la DLUO disponible sur l'emballage (ce qui devrait figurer dans vos procédures BPF).
Si vous achetez des laits animaux à un éleveur local, il est rare que cet ingrédient soit documenté, alors même que le lait présente un risque microbiologique important.
 
Dans ce cas, ne nous envoyez pas vos analyses, elles ne garantissent rien, nous ne les considèrerons pas.
Afin de garantir la qualité du lait mis en oeuvre, nous vous demanderons de remplir un formulaire accessible sur la plate-forme intitulé "Production". Ce formulaire est en fait une "Procédure de mise en oeuvre du lait". Vous y indiquerez :
  1. Conditions de transport du lait entre l'éleveur et chez vous
  2. Dans le cas où le lait a été congelé, nous vous demandons d'indiquer le nombre de jours de congélation avant la mise en œuvre du lait dans la formule.
  3. Il vous sera aussi demandé de préciser les conditions de réfrigération (température et temps maximal de stockage).
  4. Enfin, il vous sera demandé de renseigner les informations concernant l'éleveur (nom et adresse de l'éleveur).

Veuillez bien prendre note de ces informations sur la documentation. Celle-ci vous serviront à réduir le temps de validation de vos ingrédients.